Zoom sur le métier de Costumier

Se vêtir a toujours eu une place de choix dans la vie humaine. Le métier de costumier permet de faire valoir une image du moi profond, tout en protégeant la santé de l’homme et sa vie socio-culturelle. Etre costumier est un métier qui a donc valeur de savoir-faire, mais aussi de savoir-être et de savoir-vivre.

costume-masque

L’histoire du costumier

Très tôt dans l’histoire de l’homme, les costumiers ont inventés des modes vestimentaires très diverses qui reflètent les valeurs, les croyances, les mœurs et les besoins des peuples qui les entourent. Du cache-sexe au costume fourreau, le costumier devait tenir compte des aspirations des individus ainsi que de leurs biotopes comme le climat qui les entoure, les matériaux à utiliser ou encore les peaux d’animaux qui les entouraient. Ainsi, jusqu’au temps contemporain, il existe une mosaïque d’habillement et de costume, qui se diversifie en fonction des zones de vie et des lieux d’habitation.

Au fil des siècles pourtant, il y a eu des rencontres entre les cultures diverses. Cela a entraîné une mixité dans l’habillement de différents peuples et une évolution progressive dans la transformation et la modernisation du costume. Au 18e siècle, les hommes et les femmes font valoir un certain style, un certain charisme dans leur costume. Ainsi, les hommes et les femmes se sentent plus libre dans l’habillement dès la Révolution française. Après la Première Guerre mondiale, l’industrialisation, l’émancipation des femmes, l’augmentation des richesses et la pratique du sport permettent à l’industrie de l’habillement, et in extenso, du costume, de connaître un nouvel essor tant dans les styles que dans les quantités. L’histoire du costume devient, d’une belle et glorieuse manière, une affaire de mode et de vocation.

En quoi consiste le métier ?

Le costumier d’aujourd’hui n’habille pas seulement des personnes ou des personnalités, mais aussi des personnages fictifs. Actuellement, bien que le mot couturier a succédé au mot costumier en ce qui concerne les individus, dans le monde du show business et en général, le terme costumier comprend un ensemble de métiers ayant trait à différents modes de réalisation audiovisuelle. Ainsi, l’industrie cinématographique et télévisuelle emprunte les expressions créateur de costumes, chef costumier ou habilleur. Quant au théâtre, les mots décorateur costumier ou costumier réalisateur représentent le métier de costumier dans cet univers particulier.

La particularité de chaque fonction est sujette de son degré d’intervention : par exemple, le créateur de costumes est responsable de la conception, le costumier réalisateur est chargé de l’exécution. Le costumier doit en effet dépeindre des univers artistiques sur des types de costumes aux allures spatio-temporelles bien précis. Responsable d’équipes de couturiers, d’habilleurs, de chausseurs, de modistes et de gantiers, entre autre, il doit rester dynamique et moderne, parfois technologique. Créatif et polyvalent, ayant un sens aigu du design, des matières, de la lumière, des volumes et de la mise en scène, le costumier actuel doit avoir une formation pointue pour ce qui est de la scène ou de la caméra, tant dans l’atelier que sur les plateaux de réalisation.

La formation requise

La formation initiale au métier de costumier se fait en France par niveau (I, II, III, IV) dans diverses institues et écoles spécialisées dans les métiers de spectacles. C’est un parcours qui peut prendre entre 5 et 9 ans. La formation professionnelle continue offre des formations qualifiantes et de perfectionnement.

Des costumiers célèbres

Le travail des costumiers est reconnu et apprécié à sa juste valeur lors des remises de différents prix dont l’Oscar de la meilleure création de costumes, le César des meilleurs costumes ou encore le Molière du créateur de costumes. Parmi les grands créateurs costumiers, citons Yannis Kokkos ou Adrian qui fut le tout premier costumier à voir ses créations copiées en milliers d’exemplaires.

Connaissez-vous Michael Bush ? C’était le costumier de Michael Jackson. Le métier de costumier peut en inspirer plus d’un en effet… Tout dépend du feeling, mais aussi de la compréhension du monde, de son passé, comme de son futur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *