Zoom sur le métier de Forgeron

« Entre le marteau et l’enclume ne met pas ton doigt ». Ceci est un des premiers proverbes que le forgeron maître donnera à celui qui veut apprendre le métier. Etre forgeron est bien sûr une affaire de muscles, de nerfs, mais aussi de connaissances, de génies.

forgeron

L’histoire du forgeron

Le métier de forgeron existe depuis le début de l’existence selon la Bible, avec Toubal-Caïn, le premier forgeron qui « forgeait toutes sortes d’outils de cuivre et de fer ». On peut interpréter cette expression de différentes manières : soit il inventa les outils en question, soit il créa le métier, ou encore s’y illustra. Selon les archéologues, l’activité de forge vient à la lumière dès 5000 avant notre ère avec la découverte de métaux. Ainsi, très tôt dans l’existences humaine, il était possible de posséder des armes, des objets de cuisine, des bijoux et aussi des objets divers en fer, en argent, en bronze ou en cuivre. Au Moyen-Age, on frappait sur une enclume avec un marteau, un morceau de métal préalablement porté à incandescence dans des fours brûlants.
Avec le temps, des techniques de forgeage se sont affinés. Il a été possible d’être plus précis dans le métier : jante ou fer à cheval. Les alliages et les traitements ont commencé à apparaitre. Le forgeron d’aujourd’hui possède des machines perfectionnées, comme une presse, un marteau-pilon, etc. pour réaliser des pièces par la déformation de blocs de métal chauffés. C’est donc encore et toujours un métier d’actualité.

Le métier en détails

Thor, le plus fort des dieux Ases, et son Marteau Mjöllnir est le protecteur des forgerons, selon la mythologie nordique. Il incarne le métier de forgeron par sa stature imposante et son marteau légendaire. Le forgeron est le maître du métal. Il le forme, le modifie à sa guise selon son génie. Il utilise l’eau, le fer, le u et l’air pour y parvenir, introduisant comme une part de mythe et de spiritualité dans sa réalisation. Le génie du forgeron se mesure au nombre d’outils et de pièces qu’il peut fabriquer, mais aussi aux formes ressorties.
Le forgeron a une part active dans le développement de la vie actuelle, car son métier transcende plusieurs autres, tels l’agriculture, la technologie, la menuiserie, l’électricité, la mécanique, bref tous les métiers. Parce que le métal est utilisé par tous, et en presque tout.
Alors, la forge s’anime au gré des tests, des procédés et des séries de pièces qui sortent des fours. Les forges modernes sont plus technologiques et industrielles avec la conception graphique des pièces, la production en série et le contrôle minutieux et informatique des pièces obtenues.

La formation

En plus de maîtriser les gestes, les techniques et les procédés propres au forgeage, l’apprenti forgeron doit savoir respecter les consignes de sécurité. L’apprenti actuel doit aussi maîtriser les techniques graphiques sur ordinateur, et par extension les nouvelles technologies. Des métiers de pointe comme l’aéronautique, l’énergie ou l’armement sont des métiers qui ont besoin de forgerons bien formés. Ils doivent donc être formés en atelier comme dans les écoles spécialisées.

Quelques forgerons célèbres

Thomas Newcomen est un mécanicien anglais qui développa sa machine à vapeur avec son associé Thomas Savery en 1712. Citons également Abraham Darby qui a été le premier a utilisé du charbon pour produire du métal, grâce au premier haut fourneau au coke.

Le métier de forgeron demeure l’un des métiers les plus incontournables qui existent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *