Zoom sur le métier d’Armurier

La guerre est sœur de l’arme. Depuis la nuit des temps, et jusqu’à ces jours récents, le métier d’armurier a toujours joué un rôle central dans l’évolution des peuples. Le métier d’armurier encourage à la paix et la sécurité à certains, tout comme il neutralise tout effort sérieux de résolution de conflits pour d’autres.

armurier

L’histoire du métier

La fabrication des armes commence dès l’Antiquité, et tourne déjà autour du droit de propriété et du développement technologique. En France, au début chacun avait le droit de concevoir, puis d’avoir une arme. Par exemple, en 1412, durant des guerres civiles, la demande en armes était si forte que le roi fut contraint de laisser chacun libre de s’improviser armuriers. Mais les choses s’accélèrent par la suite car, les armuriers s’organisèrent en corporation autour du type d’armes. Puis vint l’époque des marchands d’armes. Celles-ci n’en étaient pas moins lourdes et puissantes. Dès le 18e siècle, l’État commença à réduire le droit à la fabrication et à la possession personnelle. Depuis lors, il créa ses propres manufactures armurières et instaura le droit du port d’armes. Aujourd’hui, certaines firmes privées ont le droit de concevoir et de créer des fusils, mais pour et sous le contrôle des Etats.

En quoi cela consiste

L’armurier restaure, modifie, crée ou produit des armes à feu en tenant compte des précisions de l’usine ou du client. Pour cela, il utilise des outils à main ou des machines. Tellement habile des mains, il travaille aussi bien le fer et l’acier que le bois. Mathématicien intelligent et créateur chevronné, il limite les risques d’utilisation d’un outil aux composantes complexes tout en veillant au confort du client et au design de l’objet. Bien que ce soit un engin de mort, il se concentre sur la fabrication et est doué pour le travail en équipe, qu’il travaille dans sa propre boîte ou dans une grosse firme d’armement. Les domaines de spécialisation du métier sont : la customisation d’armes, la fabrication de crosses en bois, la gravure d’armes ou la fabrication des pistolets.

La formation d’armurier

Pour devenir armurier, n’importe où dans le monde, il faut faire des études spécialisées. Être armurier requiert un CAP armurerie ou un BMA armurerie. Il existe par contre des formations, ne donnant pas de diplômes, qui alternent formation et atelier et permettent un perfectionnement ou une formation complète.
En France, cette formation dure deux ans : c’est le CAP en armurerie du Lycée Fourneyron-Monnet de St Étienne, seule formation d’armurier en France. Il est également possible de suivre les cours en ligne ou dans d’autres pays. Cette formation permet de maîtriser la mécanique, le maniement des outils nécessaires, les caractéristiques, la composition de différents types d’armes et la sécurité. Il existe des options en balistique ou en chimie. Ne pas avoir de casier judiciaire vous permettra de progresser sereinement.

Des armuriers célèbres

Oliver F. Winchester, riche fabricant de chemises et de jean de Boston, inventa la carabine la plus célèbre de l’Ouest. En fait, la société « Volcanic » et le brevet du fusil à répétition sont rachetés pour quelques dollars par Oliver F. Winchester. Après avoir créé une autre, il présente en 1862 la Winchester, une arme légère de seize cartouches tirées en dix secondes avec une précision allant jusqu’à 200 mètres et un temps de rechargement à 15 coups. Mais c’est à partir de 1866 que le succès atteint Winchester avec l’amélioration de ses modèles.
Un autre armurier célèbre se nomme Samuel Colt, qui dès 1837, fabrique aussi des fusils et des carabines (fusil léger, au canon souvent court et rayé) à répétition suivant le système des revolvers Paterson, c’est le Colt Paterson.
Citons également Mikhaïl Timofeïevitch Kalachnikov, ingénieur et lieutenant-général russe, qui inventa l’AK-47, arme qui porte son nom. La simplicité et la légèreté de cette arme la classe parmi les armes les plus connues et les plus utilisés dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *